Jigi Title
Accueil A propos de nous Expériences Emploi Contact
Stop palu ! :

Plus de 20% de décès infantile survenant en Afrique est dû au paludisme. On estime qu'un enfant africain subit en moyenne 1,6 à 5,4 épisodes de fièvre palustre chaque année. Toutes les 30 secondes, un enfant meurt du paludisme en Afrique. (OMS)

 

Objectif : Plaidoyer pour la lutte contre le paludisme
Zone : Douentza, Mopti
Groupe cible : Toute la communauté
Partenaire : Voix du Mali
Durée : 2007 - 2009
Domaine : SANTE
Activités : Emissions radiophoniques
  Formation des élus communautaires, la société civile et le secteur privé
  Réunions sur le paludisme
  Activités de plaidoyer

Les enfants jouent en dessous du moustiquaire imprégné. Un cercle vaste et mal fourni en matière serviced de santé

Le cercle de Douentza est avec 23 312 km² le plus vaste cercle de la région de Mopti et couvre environ 23 312 km2. Les communes choisis (Douentza ville et les communes rurales de Dallah, Petaka, Débéré, Dianwely et Koubewel Koundia) sont caractérisés par un taux de prévalence élevé du paludisme. Le choix de site était fait ensemble avec les Centres de Santé de Référence en charges et est basé sur le manque ou l'éloignement de structures sanitaires, le manque de formation et d'information des principaux acteurs (élus, leaders d'opinion et population) et le sous financement du secteur de l'assainissement. Bien que beaucoup d'habitants sont concernés par le paludisme, il n'est pas vraiment regardé comme une maladie dangereuse. Partiellement on trouve même la croyance que les enfants gravement concernés par le paludisme soient ensorcelés. Le projet est ainsi basé sur les activités d'information et de formation pour la population.

Développer une conscience par rapport au paludisme

Toutes les méthodes visent à promouvoir un dialogue ouvert par rapport au paludisme dans les communes. Cet objectif ne peut être atteint que par une approche participative qui réunit les responsables communitaires, les autorités traditionnelles, les leaders d'opinion et la population. Afin d'atteindre une qualité durable du projet les responsables communitaires et membres de la société civile étaient formés d'abord pour qu'ils transmettent les informations obtenues dans leur domaine de responsabilité. Des réunions régulières garantissent l'échange entre les acteurs dans le domaine. JIGI a également organisé des activités de plaidoyer pour démontrer à la population l'argumentation et les moyens pour une meilleure protection contre le paludisme. Pour des raisons scientifiques et comme base du plaidoyer les études de cas dans les hôpitaux sont collectées. La collaboration avec une radio locale permet à sensibiliser la population largement.

Des résultats remarquables

Le paludisme étant la première cause de mortalité au Mali et dans Cercle de Douentza, les élus communaux et les populations se sont engagés à s'investir dans la lutte contre cette maladie. La population connaît et applique les moyens de protection contre les piqûres de l'anophèle. Avec la sensibilisation et l'appui de Santé Communaux en matière de stock du test et des médicaments, les symptômes de la maladie sont reconnus plus rapidement. Un traitement réalisé le plus tôt que possible empêche des effets de long terme et contribue ainsi à l'amélioration de l'état de santé des bénéficiaires.

Responsable/Contact : Sédou Dicko, Coordinateur

Retour aux projets Santé

Date de l'information : 01/09